Faire un jardin potager à l’école

Non, les haricots ne poussent pas dans du coton !

C’est un peu en réaction contre ce type d’expérience stéréotypée, mais surtout parce que j’en avais envie, que nous avons créé sur l’école un potager depuis 4 ans maintenant. Celui-ci est venu compléter notre petit verger (une dizaine de pommiers / poiriers et des framboisiers) commencé il y a bien longtemps et qui nous permet de faire du jus de pomme tous les ans.

Comment faire ?

Où ?

Notre école ayant sa cour de récréation très régulièrement visitée, nous avons préféré opter pour un espace sur le devant de l’école, isolé de la cour et bien visible de tous. Ainsi, nous avons moins de risques de détériorations.

Quand ?

Soit des classes entières ou par groupe durant les heures de classe ou bien sur des ateliers ouverts durant les temps de récréation (les élèves s’inscrivent à l’avance comme pour les ateliers BCD et ludothèque).

Qui ?

Les classes et les élèves volontaires. Nos avons en moyenne trois classes qui suivent le projet à l’année. D’autres viennent en fonction de leurs projets.

Les élèves de n’importe quelle classe d’élémentaire peut d’inscrire pour les ateliers des temps de récréation.

Comment ?

Le potager est découpé en différents bacs. Il y a également un espace en « terrasses ».

Les terrasses (créées par les élèves qui avaient défriché le terrain).

En début d’année, en fonction du nombre de classes intéressées, les bacs sont répartis. On garde de l’espace pour les ateliers des récréations.

Qu’est-ce qui peut être intéressant à observer / faire ?

Sciences

Bien évidemment, ce domaine est celui qui est le plus travaillé. Voici quelques plantes (non exhaustif) qui sont intéressantes à avoir :

petit pois, capucine : le cycle de vie d’une plante graine, plante, fleur, graine… est facile à visualiser avec ces végétaux.

fraisier : intéressant pour la multiplication asexuée par stolon.

menthes : le bouturage est facile.

ails, oignons, bulbes de fleurs : multiplication des bulbes.

 

Développement durable

Dès le début de la mise en place du potager, nous avons installé des bacs de compostage. Nous y mettons à la fois les « mauvaises herbes », les végétaux coupés mais aussi les épluchures de la cantine. Cela participe avec le projet global de gestion et réduction des déchets sur l’école.

 

Technologie

Les élèves ont construit différents éléments pour le potager : des bacs de plantation, des marches, des structures pour les plantes grimpantes…

 

Arts visuels

Lieu de création : travailler sur le paillage des plantes avec différents matériaux (pomme de pin, écorces, coquillages, cailloux, morceaux de tuiles, ardoises…) et selon différentes formes et couleurs.

Lieu d’exposition : le potager est lieu intéressant pour mettre en valeur les travaux des élèves. Voir la galerie d’une des expos réalisée.

Lieu d’inspiration : pour le land-art par exemple.

 

Quelles évolutions ?

Avant même de parler d’évolution, la première victoire lors de la mise en place d’un potager est sa pérennité.

En effet, de nombreux potagers sont mis en place dans les écoles. C’est même redevenu une action à la mode. Mais beaucoup sont abandonnés au bout d’un ou deux ans seulement.

Paradoxalement, je pense que c’est en faisant évoluer chaque année le potager qu’on évite cet abandon. Il est vrai que le jardinage comporte toute une série d’étapes répétitives qui peuvent lasser. De même, ce n’est pas une science exacte et une année pluvieuse ou avec des limaces qui dévorent tout peut décourager.

Nous avons essayé, à l’école, d’apporter une nouveauté chaque année. Cette année, par exemple, deux bacs et plusieurs jardinières ont été consacrées aux fleurs. Nous avons également créé une nouvelle zone avec une dizaine de variétés de menthes.

Nouveauté 2017 : une dizaine de variétés de menthes

À quel prix ? Comment faire pour ne pas  exploser la coopérative ?

Tout cela est bien beau, mais cela à un coût !

Oui et non. C’est sûr que si vous allez acheter vos végétaux et vos graines chez Truffaut ou autre jardinerie haut de gamme, alors c’est certain que vous allez devoir choisir entre le potager et la sortie de fin d’année. Voici quelques idées pour réduire la facture.

Lidl : ils ont par moment, des bulbes, graines et même des végétaux à des prix très bas. Pour avoir testé, aucun problème !

Les cimetières : non, n’allez pas voler les fleurs sur les tombes. Mais les containers des cimetières regorgent de pots de toute sorte et souvent aussi de plantes qui sont encore en état tout à fait correct.

Les bourses aux échanges : nous n’avons pas encore eu l’occasion de tester car, jusqu’ici nous n’avons pas eu de plantes en trop au moment où se déroulait la bourse de notre commune. Idéalement, j’aimerais que ce soient les élèves qui aillent échanger les plantes.

Les échanges entre classe :  nous avons fait profiter à deux classes, de nos boutures, plantes en double…

Les parents, grands-parents jardiniers : ils ont sûrement des végétaux à donner, bouturer, des graines en trop. Certains seront peut-être même volontaires pour vous donner un coup de main.

Le boncoin : Ce site nous a permis d’acheter des variétés de graines locales et différentes de celles du commerce. Cette année, nous y avons trouvé de quoi créer notre zone de menthes et d’avoir des pieds d’artichauts à un prix défiant toute concurrence .

Bouturer, récolter: la première année de mise en place, j’avais donné comme devoir de vacances de récolter des graines, noyaux, pépins pour avoir une première grainothèque. De mon côté, je profite de chaque promenade pour récupérer des graines, bouturer une plante…

Le composteur : le syndicat de gestion des déchets vous offrira peut-être un composteur. Sinon, cela se fait très facilement avec quelques palettes.

Les bacs de jardinage : Soit vous avez un peu d’argent et vous en achetez. On peut en trouver autour de 16 € dans les magasins de bricolage. Leur durée de vie est limitée. Comptez 4 à 5 ans. C’est le choix qu’on avait fait à l’école, et ils commencent à lâcher.

Soit vous pouvez demander aux services techniques de vous en faire. On a eu la bonne surprise qu’ils nous en apportent 4 tout beaux cette année pour nous féliciter de notre potager.

Soit vous pouvez en fabriquer vous même avec quelques vis et du bois de récupération. Des élèves en ont fait un cette année.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Odysseus dit :

    Et bien merci pour ce partage de compte-rendu et ces bonnes idées .
    On a souvent tendance à s’imaginer qu’il « suffit de » planter des graines dans le sol (et les arroser) pour que ça suffise en oubliant tous les à-côtés et les différentes compétences possibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *